5G : tout ce qu’il faut savoir sur le réseau du futur

La 5G, ce n’est pas uniquement une nouvelle évolution des réseaux mobiles comme la planète en a connues avec la 4G et la 4G+. C’est un véritable bond technologique destiné notamment à développer de nouveaux services et à répondre à l’explosion des besoins de connectivité. “Des lancements commerciaux interviendront dès juin 2020 dans la majorité des pays d’Europe”, a affirmé Jean-Philippe Bosnet, le PDG de la société Paritel.
Selon ce dernier, les déploiements se poursuivront en complément des réseaux déjà existants afin d'accompagner l’évolution des usages.
De nouveaux usages, rendus possibles par l’évolution des réseaux 5G, seront normalement lancés à partir de 2022. “Avec la 5G – 100 fois plus rapide que la 4G+ et 200 fois plus rapide que la 4G -, on crée un réseau certes plus rapide, mais surtout plus performant et plus intelligent”, ajoute le PDG du groupe Paritel.

En effet, les réseaux 5G, avec un signal beaucoup plus homogène sur l’ensemble de la cellule et des débits supérieurs à la 4G+, bouleversent l’expérience en mobilité grâce principalement à ces caractéristiques.
Ce réseau du futur ouvre ainsi la voie à de nouveaux usages (utilisations) dans les loisirs et l’éducation avec des contenus immersifs à 180° combinant réalité augmentée et réalité virtuelle. Il ouvre également un très large champ d’expansion à de nouveaux services porteurs de croissance et de productivité. Son déploiement nécessite, selon Houlin Zhao, le président de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), de lourds investissements pour les opérateurs télécoms français.

Responsabilité et rôle de l’État dans le déploiement du THD

Les réseaux 5G, outre la complexité de leur déploiement, posent des défis de commercialisation différents selon la maturité du marché.
La mutualisation des infrastructures et des investissements est une des clés du déploiement des réseaux 5G. Celle-ci permet des synergies (des associations, des partenariats) entre les acteurs du marché. Elle accélère le déploiement grâce principalement à une concentration des énergies et à un partage des coûts d’investissements.
Le PFTHD, lancé en janvier 2018, vise à couvrir l’ensemble du territoire français, dont les endroits abandonnés, en internet très haut débit (THD) à l’horizon 2024. Afin d’atteindre ce but, le Plan France Très Haut Débit mobilise un investissement de près de 45 milliards d’euros en cinq ans, dont 5. 9 milliards d’euros de l’Etat. Il mobilise tous les acteurs du marché (publics ou privés : État, collectivités territoriales, opérateurs télécoms, fournisseurs, etc.).
À noter que les Réseaux D’Initiative Publique (RIP) commencent à prendre leur envol et la couverture dans les régions rurales est en nette amélioration.