Ramadan : les musulmans, devront-ils respecter les mesures du confinement ?

Le mois du jeûne, l’un des piliers de l’Islam, débutera alors que le pays est en train de passer par une crise sanitaire mondiale causée par la propagation continue de la maladie du Coronavirus. Le 17 mars dernier, le gouvernement a annoncé la mise en place des mesures afin de limiter au maximum la propagation de la maladie Covid-19, dont le confinement total. Avec plus d’un milliard de musulmans dans le monde, comment serait le mois de jeûne cette année ? Est-ce que le mois de ramadan 2020, va-t-il se dérouler dans le confinement ?

Quand débute le mois saint en Islam ?

Selon les Imams et savants en Islam, la date de début du ramadan 2020 est attendue par les musulmans aux alentours du 23 avril 2020. Toutefois, d’après l’annonce du président de la République, Emmanuel Macron, en présence des différents représentants des cultes, le 23 mars dernier, toutes célébrations religieuses qui auront lieu durant le mois d’avril doivent se faire en respectant les différentes mesures mises en place par le gouvernement afin de faire face à la maladie, comme l’interdiction de rassemblement et de respecter le confinement.

Les recommandations du Conseil français du culte musulman

Selon Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman qui a pris part à la réunion organisée par le président de la République, compte tenu de la crise sanitaire et la situation actuelle dans l’hexagone, les fêtes religieuses ne pourraient pas s’organiser comme cela se fait d’habitude. « Nous sommes dans des conditions extrêmes, le pays est en guerre contre une maladie et il est indispensable de respecter les mesures mis en place par le gouvernement afin de mettre fin au Covid-19 en France » a tenu a expliqué le président du Conseil français du culte musulman.
D’après François Clavairoly, le président de la fédération protestante de France, « Le président de la République a tenu à préciser que tous les citoyens ne peuvent pratiquer les fêtes religieuses comme ils sont l’habitude de le faire toutefois, ils peuvent le faire d’une manière virtuelle afin de garder le contacte avec leur famille ».

L’Elyssée a assuré à l’agence française de presse que Emmanuel Macron avait enjoint les différents représentants des cultes en France à préparer leur communauté respective à célébrer les grandes fêtes religieuses dans un cadre différent, cette année.
Par conséquent, le ramadan 2020 serait célébré dans le confinement, mais tout en gardant les liens familiaux d’une façon virtuelle.

Municipales 2020 : les demandes de recours contre le premier tour des municipales se multiplient

Afin de mieux répondre à l’accroissement des demandes de contestations, le gouvernement a annoncé dans une ordonnance le 25 mars dernier d’assouplir les délais de procédure concernant les recours. Grâce à l’intervention de Jean-Pierre Mangiapan, l’ex-conseiller de l’opposition et candidat en course à la mairie de Villefranche-sur-Mer, vous apporterez la lumière sur le déroulement des élections municipales dans ces conditions très particulières.

Un premier tour très controversé

Selon le candidat chef de liste de « J’aime Villefranche », Jean-Pierre Mangiapan, la lumière commence à se faire en apportant plus de clarification sur ce casse tête qui est loin d’être résolu. En effet, le gouvernement a décidé dans l’ordonnance du 25 mars, 2020-305, d’apporter une adaptation des lois applicables portant sur la juridiction de l’ordre administratif. Cette décision qui a été publiée au Journal officiel, le 26 mars dernier, tente de clarifier la situation, en levant l’incertitude qui règne jusqu’à présent au niveau des délais de recours portant sur le premier tour des élections municipales qui a eu lieu le 15 mars dernier.
Selon l’article R.119, du code électoral, les réclamations contre les différentes opérations pratiquées au niveau des élections doivent enregistrer au niveau d’un procès verbal, au plus tard 18 heures après le cinquième jour suivant les élections.

Plusieurs contestations ont été enregistrées

Toutefois, d’après la situation très particulière et la crise sanitaire qu’est en train de traverser le pays, ainsi que les conditions dans lesquelles s’est déroulé le premier tour, le 15 mars dernier et le taux d’abstention record enregistré, plusieurs contestations ont surgi en annonçant que les résultats du scrutin n’est pas aussi sincère.
En outre, avec la crise sanitaire liée à la propagation de la maladie du Coronavirus en France, la prise de fonction des conseils municipaux des 30 048 communes, tout comme le déroulement du second tour, ont été reportée.
Malgré la tenue du deuxième tour du scrutin municipal qui serait durant le mois de juin prochain, toutefois, la date ne sera fixée que par un décret qui serait publié le 27 mai prochain.
Le gouvernement a demandé aux équipes municipales de rester en place même au niveau des communes où le premier tour été conclusif. Néanmoins, tandis que les maires ont démontré qu’ils jouent un rôle très important dans ces conditions très particulières, la question portant sur la démocratie locale ne peut être négligée.

Le Conseil Français du Culte Musulman donne des instructions pour vivre le mois de Ramadan en temps de confinement

Selon Edouard Philippe, le Premier ministre, le temps du confinement peut durer encore quelques semaines, voire quelques mois. Et ce, pour freiner l’épidémie de Covid-19 qui sévit sur la planète depuis le mois de décembre 2019.

Le président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui, a adressé, la semaine dernière, un message aux fidèles pour qu’ils se préparent à vivre autrement – différemment – le mois de Ramadan 2020-1441. “On doit bâtir ensemble des solutions alternatives (présentant un choix entre deux ou trois possibilités) nous permettant ainsi de vivre, dans l’espérance et la joie, ces moments sacrés de notre calendrier spirituel”, précise le président du Conseil Français du Culte Musulman.

C’est officiel, pas de rassemblement de plus de 300 personnes !

Comme l’a annoncé le chef de l’État, le vendredi 27 mars, aux représentants des associations laïques et des principaux cultes (musulman, protestant, juif, catholique…), “les fêtes religieuses du mois d’avril devront obligatoirement se faire sans rassemblement”. Donc, ces derniers sont forcés de s’adapter. Les prières collectives sont devenues quasiment impossibles avec la fermeture des mosquées et des lieux de culte. Un stress supplémentaire qui rend la situation d’autant plus dur.
Important : tout rassemblement mettant en présence de façon simultanée plus de 300 personnes en milieu clos est formellement interdit sur l’ensemble du territoire français jusqu'au 1er juin 2020.
Le mois de Ramadan, qui, selon les prévisions du Conseil théologique musulman de France (CTMF) devrait débuter aux alentours du vendredi 24 avril 2020, ne sera pas reporté ou annulé.

Les musulmans, pratiquants ou non, ne seront jamais abandonnés par les autorités religieuses. Le président du Conseil Français du Culte Musulman a toutefois appelé les imams à ‘tripler leurs efforts’ pour les accompagner dans leur vie spirituelle.

Si les mosquées (Grande Mosquée de Paris, Mosquée d’Évry-courcouronnes, Grande Mosquée de Lyon, etc.) demeureront fermées aussi longtemps que nécessaire, les fidèles ne sont pas dispensés de jeûne pour autant. “[…] Et quiconque est en voyage ou malade, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours”, sourate 2, verset 185.

Le jeûne (Al Siyam) est prescrit aux musulmans pubères, mais des exemptions (exonérations, etc.) sont ainsi prévues pour les gens âgés, les femmes enceintes, venant d’accoucher ou qui allaitent, les malades, ou encore les voyageurs. Néanmoins, les jours non effectués doivent être obligatoirement rattrapés, idéalement dans l’année.

Quel opérateur professionnel de téléphonie pour votre entreprise ?

Plusieurs opérateurs télécom comme Paritel proposent plusieurs offres qui sont relativement similaires en termes de services, ainsi que le prix proposé. Par conséquent, il est de plus en plus difficile pour les entreprises de pouvoir indiquer quel est le meilleur opérateur.

Faire le bon choix selon les besoins de sa société

Pour pouvoir faire son choix, il est important de déterminer les besoins et les exigences le plus finement possible et de ce servir de ce cahier des charges afin de pouvoir choisir l’offre la mieux adaptée à ses besoins profitant, ainsi des offres les plus avantageuses. Il est important de se poser les bonnes questions afin de connaître les exigences de votre entreprise :
– Est-ce que vous préférez acquérir un forfait avec ou sans engagement ?
– Quelle est la consommation de votre entreprise ?
– Vous préférez un forfait à la seconde, partagé ou illimité ?
– Vous avez une consommation importante l’internet ?
– Aurez-vous besoin des sms et des appels internationaux ?
Il est important d’aller consulter les différents opérateurs télécom en France comme Paritel qui propose plusieurs services pour les professionnels. Certains opérateurs plus spécialisés dans les services destinés aux sociétés et entreprises assurent des offres qui peuvent répondre aux attentes des chefs professionnels.

Comment marchent les forfaits pro ?

Généralement, les opérateurs proposent deux formules de forfaits : avec ou sans engagement.
Le premier type d’engagement aussi appelé RED, se divise en trois offres. Ces derniers ont un prix allant de 5 euros jusqu’à 20 euros, offrant plus de 2 heures de communication, ainsi qu’une formule illimité de navigation d’Internet de 3 Go.
La deuxième formule proposée fonctionne essentiellement avec un engagement de 12 ou 24 mois et elle est segmentée en huit types de forfaits qui peuvent aller de 2 heures de communication à un forfait illimité en navigation Internet 4G assurant aussi les appels depuis et vers l’étranger avec une navigation web pouvant aller à 9 GO.
Les prix oscillent entre 20 euros et peuvent grimper jusqu’à 140 euros.

5G : débit, fonctionnement, date de déploiement

Comme vous le savez déjà, 2020 sera l’année du déploiement du nouveau réseau mobile 5G dans l’Hexagone. L’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse vient de confirmer que les cinq principaux opérateurs français (à savoir Orange, Paritel, SFR, Bouygues Telecom et Free) sont certainement candidats pour obtenir un bloc de fréquences de 60 MHz, contre des engagements optionnels. “On va attribuer les précieuses fréquences au mois de mai 2020, et le nouveau réseau mobile 5G devrait normalement être lancé dès le mois suivant”, précise Sébastien Soriano, le président de l’Arcep.

Selon Jean-Philippe Bosnet, le président-directeur général du groupe Paritel : “À son lancement (au mois de juin prochain), la 5G sera avant tout une 4G améliorée”. Ce nouveau réseau mobile va importer une interactivité en temps quasi-réel et des fonctions de gestion intelligente.

Télécoms : les investissements vont crescendo

Dans le sillage du déploiement des réseaux FTTH (Fiber To Fiber ; Fiber To The Home), de la 5G et de la couverture des zones dites grises, les acteurs du marché ont continué d’investir davantage dans leurs réseaux (mobile et fixe) en 2019. Selon les derniers chiffres publiés dimanche par l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), les opérateurs télécoms français ont déboursé l’année dernière plus de 30 milliards d’euros.

C’est plus qu’en 2018, où ceux-ci ont déboursé 15 milliards d’euros. C’est un nouveau record.

La couverture de l’Hexagone en 5G – 100 fois plus rapide que la 4G – se poursuit. C’est particulièrement le cas dans les régions dites grises – zone du territoire qui n'est pas desservie par un réseau donné -, où les réseaux (mobile et fixe) passent difficilement. En 2020, les investissements devraient normalement se maintenir à des niveaux trop élevés vu que les opérateurs télécoms commenceront à déployer les réseaux FTTH et FTTLA qui, selon Stéphane Richard, le président-directeur général du groupe Orange, nécessiteront plus d’antennes que le vieux réseau cuivré.
Les investissements dans les télécoms ont progressé considérablement l’an dernier. Le régulateur des télécoms, ou l’Arcep, est très satisfait de l’effort consenti par les opérateurs télécoms français. “La somme des investissements a augmenté de 75 % en seulement trois ans”, précise Sébastien Soriano.

Il est important de rappeler que cette hausse provient essentiellement de l’augmentation des dépenses des acteurs du marché dans le déploiement de la fibre optique. “La fibre optique constitue la locomotive du secteur”, ajoute Jean-Philippe Bosnet.

PSG : l’UEFA lâche provisoirement le club de la capitale

Le PSG pourrait souffler un petit temps, puisque l’UEFA a décidé de mettre en stand by le dossier du club de la capitale dans le cadre de la réétude des comptes du club pour le fair-play financier. Un choix qui est imposé sur l’UEFA, puisque le président du champion de France, Nasser Al Khelaïfi a décidé de porter plainte devant le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Le président du PSG se dirige au Tribunal arbitral du sport

Le 5 novembre dernier, le Tribunal Arbitral du Sport a été saisi par le président du PSG, Nasser Al Khelaïfi. Suite à cette décision l’UEFA a préféré mettre en attente le dossier du réexamen des comptes du PSG qui vise l’analyse du fair play financier du club. En effet, l’instance européenne a décidé de patienter jusqu’à ce que le TAS prend sa décision sur cette affaire. Les dirigeants du PSG sont conscients de la gravité des choses, on se souvient tous de l’AC Milan qui a été exclu de la ligue d’Europe à cause du fair-play financier, puisque l’UEFA a eu gain de cause auprès du Tribunal Arbitral du Sport.
Selon les déclarations du directeur de la communication du PSG, Jean-Martial Ribes, le club de la capitale à le sentiment d’être victime d’un acharnement. Durant la première enquête, menée par la chambre d’instruction l’étude des comptes du club, a duré un mois et le PSG pensait avoir eu gain de cause en respectant toutes les règles du fair-play financier. Toutefois, l’instance de contrôle financier était non satisfaite du résultat et elle avait demandé à la première instance de l’UEFA de réétudier les comptes du PSG.

Le contrat QTA au cœur de tous les débats

Le fameux contrat du Qatar Tourism Authority dérange encore au niveau de l’UEFA. En effet, comme l’a bien expliqué le directeur de la communication du PSG, Jean-Martial Ribes, le contrat du QTA, n’est pas un contrat de sponsoring classique, c’est plutôt du « nation branding », et c’est pour cette raison que le PSG a pris la décision de porter plainte devant le Tribunal Arbitral du Sport. Ce qui dérange le PSG, c’est que le contrat du QTA, a été estimé par l’UEFA en 2014 à 100 millions d’euros, or l’instance européenne revient après coup pour dévaluer les montants déjà validés les saisons précédentes. Si l’UEFA dévalue le contrat du QTA, le PSG sortirait des limites tolérées est donc le club de la capitale pourrait être potentiellement exclu de la Ligue des champions.
En outre, il ne faut pas oublier que lors de la première enquête effectué par l’UEFA, l’estimation du contrat du QTA a été fixé par l’instance européenne. Le TAS a déclaré qu’au cours de l’enquête la procédure sera complètement confidentielle, sauf lors de la sentence finale qui sera certainement d’ici, janvier 2019. Affaire à suivre …

Le club de la capitale charge l’Equipe et dément les informations portant sur la séparation du club de Mbappé et Neymar

Le 7 décembre soir, le directeur de la communication du club de la capitale Jean-Martial Ribes a publié un communiqué dans lequel il vise le quotidien sportif « l’Equipe » qui a publié à la une, que le PSG était bien prêt à perdre Kylian Mbappé ou Neymar, afin d’éviter la sanction de l’UEFA. Certes, ces dernières semaines étaient un peu mouvementées pour le PSG suite à la demande de l’UEFA de rééxaminer les comptes du club, toutefois le président du PSG, Nasser Al Khelaïfi, a annoncé que ces allégations publiées sont totalement erronées et ridicules.

Les deux articles de l’Equipe

À seulement quelques jours du match décisif à Belgrade qui pourrait affirmer la qualification du PSG aux huitièmes de finale de la Ligue des champions, le club parisien a tenue à réagir à une série d’articles publiés par le journal sportif l’Equipe, cette dernière semaine. En effet, dans un communiqué publié par Jean-Martial Ribes, le directeur de la communication du club de la capitale, le club a démenti les informations publiées par le journal.
Le journal sportif avait publié à sa une en assurant que le PSG est prêt à perdre une étoile. En outre, vendredi soir, le journal a publié sur son site web, en affirmant encore une fois que le club de la capitale est prêt à perdre Neymar ou Kylian Mbappé, afin d’éviter les sanctions suite au fair-play financier. La direction du PSG a tenu à démentir cette information en qualifiant ces articles de « totalement erronés et ridicules. Il ne vise que de recréer un climat de grandes tensions entre le média et le club ».
La direction du Paris Saint-Germain a aussi critiqué l’article publié par l’Equipe qui date bien avant le match de la Ligue 1 Strasbourg-PSG. Dans cet article, l’Equipe aborde un soi-disant malaise au niveau du club autour d’Edinson Cavani.

Le club de la capitale est toujours sous le viseur de l’UEFA

Le Paris Saint-Germain est toujours concerné par l’enquête de l’UEFA qui est ouverte depuis septembre 2017, et qui concerne son respect du fair-play financier. Interdisant aux différents clubs en Europe de dépenser plus qu’ils n’en gagnent, l’UEFA a décidé d’ouvrir une enquête sur les comptes du PSG après le recrutement successifs de Kylian Mbappé et de Neymar pour un montant total supérieur à 400 millions d’euros. Malgré que ce dossier avait été classé en fin du mois de juin 2018, l’UEFA a demandé de rééxaminer les comptes de nouveau deux mois après.
Le PSG a attaqué alors l’UEFA devant le Tribunal arbitral du sport, en estimant que le club a déjà répondu aux demandes de l’ICFC en dégageant plus de 60 millions d’euros de revenus.

Affaire du théologien suisse : aussi délicate que complexe

 

Le théologien suisse visé par ‘‘ une campagne de calomnie ’’


Fin d’année 2017, l’islamologue et théologien suisse, Tariq Ramadan, a fait l’objet de deux plaintes de femmes pour actes immoraux et ‘‘ actes immoraux sur personne vulnérable’’, a réagi pour la première fois sur sa page Facebook dénonçant une campagne de calomnie animée par ses ‘‘ ennemis de toujours ’’.

Le théologien visé depuis le mois d’octobre par deux plaintes, l’accusant d’intimidation et des pires agissements, qui ont débouché sur une enquête judiciaire ouverte à Paris, s’est exprimé au lendemain de la deuxième révélation, soit le 27 novembre dernier.

Selon le Parisien et Le Monde, le récit de la deuxième plaignante sous le pseudonyme ‘‘ Christelle ’’, (fournissant un certificat médical à l’appui), rapporte des scènes de ‘‘ violence ’’ ayant eu lieu en octobre 2009 dans un hôtel à Lyon.
Ce témoignage succède à celui de la première plaignante. Henda Ayari, la quarantaine, est une ex-salafiste convertie en une militante féministe. Le 20 octobre 2017, elle publie sur son compte Facebook ses accusations. Elle a été convoquée par les enquêteurs pour témoigner sur des révélations qui remonteraient à 2012 dans la capitale parisienne.
L’islamologue genevois apparaît dans une vidéo enregistrée dans sa demeure à Londres, il fait part de confessions inédites au sujet de cette affaire. La vidéo a été relayée par le journal web, LeMuslimPost.

Confessions inédites


Dans un témoignage enregistré le 27 novembre dernier, face caméra Tariq Ramadan clame son innocence et dénonce un ‘‘ violant lynchage médiatique’’ dont il fait l’objet en Suisse, France et en Belgique.
Non pas un complot, mais plutôt une ‘‘ aubaine ’’; l’intellectuel dit ne pas croire à la théorie du complot, mais s’en prend par contre à certains politologues comme Gilles Kepelou aux paparazzis comme Maamar Metmati ou encore Jean-Claude Elfassi et à la presse médiatique en général.
Il reproche à ses détracteurs d’avoir abusé du climat propice de l’affaire Weinstein ; une affaire sur laquelle le professeur Ramadan s’est exprimé et a fait part de sa position. Une aubaine extraordinaire pour ceux qui cherchent à l’accabler.
Dans cette vidéo, le théologien âgé de 55 ans, s’insurge notamment contre la présumée victime H.Ayari. Elle serait selon lui coupable d’avoir multiplié des témoignages insensés et discordants à chaque fois, sans que la presse ne cherche à examiner avec rigueur et sérieux sa crédibilité.

Alors que l’équipe d’avocats chargée de sa défense, a annoncé avoir déposé plainte pour dénonciation calomnieuse, le professeur de son coté prévoit de porter une nouvelle plainte contre ses adversaires qui ont enclenché une machine à mensonges.
Il prononce clairement ‘‘ depuis plusieurs jours, je suis la cible d’un torrent de diffamations qui implique de manière assez limpide mes adversaires de toujours ’’.
Pour finir son discours, il prononce : ‘‘ il est triste de constater que nos ennemis sont réduits à soutenir la tromperie et l’imposture… La justice doit maintenant parler, mes avocats sont en charge de cette enquête, un long et rude combat nous attend ’’, il affirme être quiet et déterminé.

Marketing

 

 

  Cibler un segment de marché !

 

L’objectif du ciblage et de la segmentation est de centrer l’action marketing de manière à créer de la valeur pour l’entreprise et les consommateurs cibles.

Il est souvent impossible de caractériser, voire de concevoir, un processus pour un ensemble de priorités concurrentielles.

Dans le contexte de la prestation de services, certaines opérations relèvent plutôt du processus individualisé, tandis que d’autres sont des processus linéaires.

Il peut être efficace de s’organiser en ciblant chaque processus avec précision.

Les relations entre la personnalisation, l’ampleur de l’investissement et les volumes, entre autres, sont cruciales et doivent être complémentaires.

Les avantages d’une telle organisation sont une hiérarchie moins importante, une plus grande aptitude à travailler à la résolution des problèmes en équipe et des circuits de communication plus directs entre services.

 

La création de cellules est une autre manière de mieux cibler l’activité. Une cellule est un ensemble de postes de travail consacrés à des tâches différentes, mais situés à proximité les uns des autres, chacun traitant un nombre limité de pièces ou de modèles aux exigences comparables.

Cette stratégie autorise la mise en œuvre de systèmes flexibles et réactifs, plus compétitifs grâce à des délais d’approvisionnement plus courts.

 

  Conception des processus

 

Les cinq principales décisions touchant les processus relèvent de problématiques plus larges, de nature stratégique.

Cette nouvelle étape du management des processus consiste à déterminer avec précision la manière de les conduire.

Les responsables et les équipes doivent à leurs tours analyser les processus en suivant une procédure systématisée.

 

   Les étapes qui peuvent réellement déboucher sur des améliorations :

– Identifier les entrants, les sortants et les clients du processus. Il faut constituer une liste complète de manière à pouvoir évaluer l’aptitude du processus à produire de la valeur ajoutée. On prendra en compte les clients internes et externes.

 

– Décrire les dimensions les plus stratégiques du processus. Il s’agit de mettre au jour les priorités concurrentielles, et autres décisions essentielles.

On prend l’exemple des grands opérateurs télécoms (comme Orange ou Paritel), qui, la fidélisation client, est parmi leurs priorités concurrentielles.

 

La fidélisation des clients est au jour d’aujourd’hui l’une des priorités des stratégies marketing.

Pour attribuer au succès et au développement de son activité, Paritel (opérateur télécom pro) a choisi d’inclure dans le prix de ses offres, la mise en service sur site de l’installation téléphonique, ainsi que la maintenance de l’ensemble des équipements.

 

– Documenter le processus. Il s’agit de décrire “tels quels” les processus existants ; pour les conceptions initiales.

Voici un certain nombre de points qu’il ne faut pas ignorer en aucun cas :

* Le processus coûte cher.

* Le processus ne permet pas de répondre avec la rapidité requise par le client.

* Un trop grand nombre d’erreurs ou de problèmes de qualité apparaissent.

* Les clients sont mécontents de la valeur du produit ou du service fourni…

 

– Finalement, reconcevoir ou affiner le processus pour améliorer la performance. Le responsable ou l’équipe doivent se poser six questions : Que fait-on ? Quand le fait-on ? Qui le fait ? Où le fait-on ? Comment le fait-on ? Quel est le niveau de performance ?.

Une fois que le processus a été modifié, il faut vérifier si les changements ont porté leurs fruits.

Offrez-vous le meilleur appareil photo spectaculaire à 360 degrés

 

Les appareils photo à 360 degrés sont multiples et innovants. Ils sont la solution parfaite pour créer votre propre contenu impressionnant et immersif.
Grace à la réalité virtuelle, l’architecture d’une ville ou les souvenirs de vacances prennent vie.
À cet effet, nous vous proposons, une sélection des meilleurs appareils photo pas chers filmant à 360 degrés.

Vous pouvez également retrouver une liste des meilleurs appareils du moment pas chers, disponibles sur le marché, avis, test et une analyse poussées de leurs caractéristiques sur le site expert « On a testé pour vous ».

Au sommet du podium : le Samsung Gear 360

Sorti en même temps que les smartphones Samsung Galaxy S7 et S7 edge, et grâce à deux capteurs 15MP fish-eye, la Gear 360 permet de capturer facilement du contenu en mode HD ou des photos panoramiques à 30 MP. La connectivité Wi-Fi, Bluetooth et NFC ainsi que la mémoire extensible, comptent parmi les meilleures fonctionnalités offertes par cet appareil.
En revanche, la caméra est totalement liée aux smartphones de la marque, l’achat d’une gamme très précise de la Samsung Gear 360, nécessite un smartphone Samsung haut de gamme pour fonctionner.
Immergez dans vos moments les plus agréables au prix de 300 euros.

L’excellence du Theta S de chez Ricoh

Un sens stupéfiant du présent, et la beauté à perte de vue, vous feront vous sentir au bon moment et au bon endroit. Avec une très bonne autonomie (25 minutes de longueur), vous pouvez enregistrer vos images fixes au film long dans un monde à 360 degrés éclatant et de haute définition.
LeRicoh Theta S est disponible en six coloris, il est doté d’un double capteur de 14 MP qui lui permet de sortir des photos d’une qualité de 5376×2688 px. Son ISO à 1600, permet également à l’utilisateur de bénéficier des fonctions de cette caméra même la nuit.
Enregistrant des vidéos Full HD, la mémoire du Theta S peut contenir jusqu’à 65 mn de vidéos et 260 images grâce à une capacité de 8 GO.
En plus d’un microphone et d’un haut-parleur, l’appareil dispose aussi d’un mini port HDMI pour partager directement ses vidéos sur YouTube.
La caméra Theta S de Ricoh est disponible au prix de 399 euros.
Si vous possédez le Theta S ou projetez d’en posséder un, c’est bien sur l’appareil 360° qu’il vous correspond.
Pour plus de détails et informations sur les caractéristiques techniques de ce modèle, dirigez-vous directement vers le lien du site spécialisé dans l’univers des technologies « On a testé pour vous.fr », un guide d’achats complet est à votre disposition.

Vuze la caméra 360 degrés pour capture 3D

La caméra 360° Vuze fait preuve d’un design simple, élégant et surtout solide. C’est un détail qui peut se révéler crucial surtout lorsqu’on sait que ce genre de vidéos est généralement filmé dans des conditions particulièrement inédites.
Le principal point fort de cette caméra est la création d’images 3D. À cet effet,l’appareil dispose de deux objectifs sur chacune des quatre directions de telle façon que l’effet 3D puisse se produire.
Ainsi, l’expérience de visionnement est plus immersive que celle des autres caméras 360 degrés classiques.
Cependant, le Vuze n’est pas donné à tout le monde, il est commercialisé autour de 1000 euros. Pour ce prix, il propose cependant des options très avancées que vous ne retrouverez pas sur les appareils photo 2D classiques.