Fonds d’Investissement de Proximité : comment ça marche ?

Qu’est-ce qu’un FIP ?

Les Fonds d’Investissement de Proximité résultent de la Loi sur l’Initiative Économique dite encore Loi Dutreil du 10 juin 2004. Cette loi contient de nombreuses dispositions administratives, d’allégements fiscaux, mais aussi la possibilité de créer une SARL au capital de “un euro” alors que le minimum antérieur était de 8 980 euros. Dans les dispositifs fiscaux, notons le relèvement de la déduction fiscale pour les personnes physiques qui investissent dans une création d’entreprise qui passe de 12 000 euros à 45 000 euros pour un couple marié et aussi la déduction des pertes en capital du revenu imposable qui passe à 65 000 euros pour un couple marié.

Les Fonds d’Investissement de Proximité sont destinés aux personnes physiques, des épargnants, et ciblent les investissements régionaux dans les petites entreprises sous forme de fonds propres ; ils ont des avantages fiscaux à l’entrée (possibilité de réduction d’impôts) et à la sortie, exonération de paiement des plus values si les titres des FIP sont conservés au moins cinq ans, dispositifs que l’on retrouve aussi dans les FCPI.
A Plus Finance, une société de gestion indépendante, accompagne les PME déjà établies dans leurs activités. Elle est l’un des spécialistes des FIP et des FCPI, c’est aujourd’hui près de 660 700 000 euros sous gestion, et une centaine de participations dans les PME. A Plus Finance intervient dans tous secteurs innovants, notamment dans les domaines du développement durable et du e-commerce. L’équipe regroupe des financiers et des entrepreneurs.

Principales dispositions des FIP

Ils appartiennent (comme les FCPR et les FCPI) à la famille des Fonds Communs de Placement, qui sont des copropriétés de valeurs mobilières et sans personnalité juridique, doivent être gérés par une société de gestion qui doit être agréée par les autorités, en l’occurrence l’Autorité des Marchés Financiers, l’AMF ; c’est une protection pour les épargnants. Leur durée de vie est de huit à dix ans et les épargnants doivent être conscients de cette durée lorsqu’ils souscrivent ; il s’agit d’une immobilisation de capitaux relativement longue.

Ces FIP doivent investir 65 % de leurs capitaux dans des sociétés non cotées, mais peuvent réserver 20 % (de ces 65 %) de leurs investissements à des entreprises de moins de cinq ans ; ces restrictions pour éviter de faire un produit qui serait similaire aux FCPI ; certains fonds envisagent de cibler aussi bien la création que le développement ou la transmission ; mais la faiblesse des moyens dont ils vont disposer et les difficultés de revente des actions risquent de limiter fortement leur activité. Les 35 % restants sont gérés sans risques et investis en produits de taux compensant ainsi le risque de plus values aléatoires dégagées dans l’activité d’investissement. Chaque fonds est limité territorialement et un fonds pourra investir dans trois régions (au sens administratif du découpage territorial). Pour faciliter le financement régional, les FIP peuvent disposer de 35 % d’argent public (de la région ou du département).