Les métiers juridiques réglementés à dominance masculine

Selon un sondage très récent, la majorité des professions juridiques réglementées est dominée par les hommes. En effet, comme l’a déjà mentionné Emmanuel Macron, il y a quand même quelque chose qui ne marche pas dans les métiers réglementés du droit, vu que 77 % des greffiers de tribunaux de commerce sont des hommes de plus de 55 ans, idem pour les administrateurs judiciaires qui forment 85 % sont des hommes et 73 % des huissiers. Vu le taux très bas des femmes et de jeunes, on peut bien conclure que ces professions juridiques réglementées forment un monde d’homme. La seule profession juridique où les femmes françaises sont présentes à 52 % avec une moyenne d’âge de 43 ans, c’est le métier d’avocat.

Une femme qui fait l’exception

Héléne Bourbouloux, lauréate du prix de la femme d’influence économique en 2015, elle est administrateur judiciaire, un métier peu connu par les Français, mais très connu chez les sociétés en difficultés. C’est une profession qui suscite à la fois l’espoir et les craintes des salariés et des dirigeants de sociétés. La mission principale d’un administrateur judiciaire, c’est de trouver la stratégie adéquate pour sauver et redresser une entreprise en difficulté financière comme l’a expliqué l’administrateur judiciaire. Mais encore, il est chargé pendant la phase de sauvetage de l’entreprise de contrôler, de collaborer et voir de remplacer un gérant de l’entreprise.

Grâce à Héléne Bourbouloux, des milliers de salariés ont gardé leurs boulots après la crainte de se retrouver le jour au lendemain en chômage. Elle s’est occupé de gros dossiers comme Thomson, Petroplus et même de Fagor brandt. Elle a sorti d’affaire le groupe Vivarte, en réduisant, ses dettes de 2.8 milliards à 800 millions. Et comme toute administrateur judiciaire, elle a joué le rôle de négociatrice avec les créanciers dans le cas d’un mandat ad hoc ou de conciliation.

Dans le milieu des administrateurs judiciaires, qui ne compte que 120 en France, Helene Bourbouloux représente un exemple pour les femmes pour pouvoir accéder à ce domaine à dominance masculine. Parfois, ses succès attirent des jaloux surtout pour les montants de rémunération décrochés dans les négociations de mandat ad hoc. Le sentiment d’utilité, c’est ce qu’encourage cet administrateur judiciaire d’exceller dans ce domaine. En effet, « c’est un métier noble, d’aider un dirigeant de sauver son entreprise et de garantir aux salariés qu’ils ne perdront pas leur emploi ».

Cet administrateur Judiciaire a suivi une formation de commerce (HEC). Au bout de cette formation, un stage de 3 ans a été effectué chez un professionnel. À l’issue, un examen professionnel national a été effectué pour pouvoir exercer.